Menu Appelez-nous: 1-866-626-8090

Nous sommes là pour vous aider à atteindre les plus hauts sommets!

Rédigé par : Mireille Wagner

Conseillère en assurances collectives et rentes collectives

Conseillère en sécurité financière

Contactez-le

Articles populaires

La télémédecine prend du galon au Québec

par Samuel Verreault - 08/02/18

Consulter l’article

Règles fiscales 2017 : Fausse alarme

par Samuel Verreault - 12/12/16

Consulter l’article

Peur d’être refusé ?

par Samuel Verreault - 01/08/17

Consulter l’article

Réflexion et recherches sur l’ajout du cannabis thérapeutique à l’assurance collective

Publié le 24/10/18

Assurances collectives

Partager l'article

Suite à la loi intervenue récemment sur le cannabisme récréatif au Canada, voici mes réflexions et recherches sur les possibilités d’ajouter l’option de cannabis thérapeutique dans nos régimes d’assurance collective. Il est à noter que le cannabis thérapeutique est utilisé depuis l’antiquité, mais nous comprenons mieux son fonctionnement depuis les années 1990 suite à des recherches médicales.

Dans certaines affections graves, le cannabis peut soulager grandement et être utile. Pour des maladies comme la névralgie réfractaire, douleurs importantes liées à la polyarthrite rhumatoïde, nausées et vomissements causés par la chimiothérapie, douleurs neuropathiques reliées à la sclérose en plaques, lésions de la moelle épinière, douleurs neuropathiques dans le cas de cancer avancé, VIH ou sida, ou encore des symptômes associés aux soins palliatifs, plusieurs études médicales démontrent une bonne efficacité. Évidemment, les assureurs valideront s’il s’agit bien d’un cas médical qui se qualifie à des remboursements de cannabis au sein du régime d’assurance collective.

Pour illustrer les couts, dans le cas d’une personne qui serait en chimiothérapie, et qui serait éligible et autorisé par son médecin au traitement de cannabis thérapeutique, le cout du traitement pour une personne qui consommerait 1 gramme par jour durant un traitement qui durerait 6 mois, le cout total serait de 1700$. Un autre personne qui souffrirait du syndrome de dépérissement et perte d’appétit du au VIH ou du à la spasticité reliée à sclérose en plaques, et qui aurait des douleurs chroniques importantes, le coût pourrait s’élever à 6600$ par an. Il est à noter que le cannabis doit être acheté par un producteur autorisé ou selon 2 autres règles prescrites par la loi.

On doit considérer aussi que la consommation du cannabis thérapeutique pourrait aussi diminuer les absences et la durée des invalidités. Le cannabis thérapeutique pourrait aussi remplacer d’autres traitements de médicament qui s’avèrent encore plus couteux que le cannabis. Donc, c’est un dossier à suivre …